L’art de la conversation avec Fanny Auger
ITW chouchou

L’art de la conversation avec Fanny Auger

C’est dans l’intimité de l’hôtel The Hoxton Paris que nous vous donnons rendez-vous le Jeudi 14 Juin pour rencontrer la lumineuse et chaleureuse Fanny Auger, fondatrice de l’école The School of life.

Grande passionnée de littérature, elle dépoussière l’art de la conversation et donne du sens à chaque rencontre, échanges ou découvertes. De quoi sublimer votre prestance à l’oral…

Pour participer à cette rencontre, venez vous inscrire directement ici. Après tirage au sort, 10 grandes gagnantes seront contactées par l’équipe Balzac Paris.

 

L’équipe Balzac Paris, vous propose de découvrir son univers dans un entretien exclusif :

Fanny, pouvez vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 2 passions dans la vie, qui me stimulent et me boostent depuis toujours : la culture, et la transmission.Tout ce que j’entreprends va dans ce sens !
Enfant, je rêvais d’être prof, pour partager ma passion pour la littérature, la philo, la poésie avec mes élèves. Après des études littéraires, j’ai travaillé une douzaine d’années dans la mode et le luxe, à Paris, Dubai, puis Milan. J’ai adoré ces expériences, mais il me manquait quelque chose… Et finalement, j’ai décidé il y a 6 ans de revenir à mes premières amours, et de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale ! Depuis, je suis entrepreneure dans la culture: j’ai fondé une start-up épistolaire, Lettres d’un Inconnu, lancé une petite école pour adultes, The School of Life Paris, écrit un livre, Trêve de Bavardages, et plein d’autres projets.

 

Comment est née votre passion pour « la conversation » ?

La conversation, c’est ce qui nous fait grandir, mûrir, changer notre rapport au monde et aux autres. Cela nous rend plus tolérants, plus intelligents, plus humains. J’ai toujours été passionnée par les échanges, par la connexion qui relie deux êtres humains plongés dans une conversation. Refaire le monde jusque point d’heure, brainstormer, discuter, débattre, rire…. C’est ainsi que l’on forge sa personnalité unique, ainsi aussi qu’on se relie au monde et aux autres.

 

Pouvez vous nous expliquer l’histoire de The School of Life ?

Il y a 4 ans, j’ai fondé The School of Life Paris. C’est une petite école pour adultes où l’on apprend tout ce qu’on n’apprend pas à l’école ! Et il y a tant de choses essentielles que l’on devrait apprendre mais que nul ne nous apprend: l’amour, le travail, l’amitié, les relations humaines… Comment trouver un job qu’on aime, comment être plus créatif, l’amour peut-il durer toujours … ? La culture, la philo, l’art, les sciences, la littérature nous offrent un éclairage incroyable sur ces sujets contemporains, et puis, comme nous sommes entre adultes, on échange et on converse beaucoup lors de ces cours du soir ludiques. Ça se passe chez Elephant Paname, dans le 2ème plusieurs fois par mois. Aujourd’hui, nous intervenons également beaucoup en entreprises pour développer l’intelligence émotionnelle des collaborateurs, stimuler leur créativité, leur énergie, et leurs soft skills.

 

En quoi consistent vos cours donnés à The School of Life ?

C’est un mélange d’inspirations culturelles, philosophiques, artistiques, mais vivantes. On discute, on débat, on échange, on joue… Les profs que je choisis sont philosophes, start-uppers, avocats, comédiens, DJ, clown, artistes, photographes, écrivains, que des personnalités passionnées et lumineuses, qui ont une vraie envie de transmettre. On évoque Aristote et Woody Allen, Vermeer et le Bauhaus,Tolstoï et Ella Fitzgerald, tout ça avec des échanges permanents entre les participants. Apprendre, grandir, se cultiver en s’amusant, j’y crois beaucoup !

 

Fanny, on vous qualifie comme une personne passionnée et lumineuse. Quels sont vos secrets pour respirer la bonne humeur ?

J’ai des hauts et des bas, comme tout le monde : l’entreprenariat, c’est les montagnes russes ! Mais j’essaie de me focaliser sur ce qui va. Garder un regard neuf sur les choses et le monde, m’émerveiller sur des petites choses, se réjouir d’être en vie, sourire, … J’ai aussi mes petits rituels, qui me donnent des racines, et des ailes: méditer quelques minutes le matin sur la journée à venir, m’arrêter au comptoir d’un café le matin pour prendre un café en quelques minutes, écrire des petites cartes à mes amis, écrire quelques mots le soir, lire, apprendre tous les jours des choses nouvelles. J’aime beaucoup me poser, prendre du temps pour moi. C’est fondamental pour être bien, et mieux aller ensuite vers les autres.

 

Qu’est ce qui vous inspire au quotidien ?

Ce qui m’inspire et me motive au quotidien, c’est le fait d’apprendre tout le temps des choses nouvelles. Par mes lectures, par mes rencontres, mes conversations, par mes amis, et par des inconnus. Chaque jour, je me demande ce que la journée me réserve, ce que je vais apprendre de nouveau. La curiosité, c’est un excellent moteur !

 

Un artiste ?

J’en admire beaucoup, c’est difficile de choisir.
Je dirais Nicolas de Staël, mon peintre préféré. Je suis hypnotisée par la force qui se dégage de ses tableaux, de ses couleurs. La première fois que j’ai vu « Le Concert », au Centre Pompidou en 2003, je suis tombée à la renverse. Je suis allée voir l’expo 4 fois tant je ne pouvais pas m’en détacher.
J’admire également beaucoup Marina Abramovic, qui repousse les limites du physique et du mental à travers ses expériences.
Et enfin, de manière plus contemporaine, je suis une grande fan de la photographe Jamie Beck (@annestreetstudio) que je suis depuis des années sur les réseaux. Elle voit la Provence d’une manière si poétique, comme seuls les étrangers peuvent la voir. Et ses photos de nature morte sont dignes des grands maîtres flamands. Je recommande à tous de découvrir son travail, d’une poésie onirique.

 

Un livre ?

C’est difficile d’en citer un, tant mon univers a été façonné par des livres !
Si je dois choisir, c’est La Conjuration des Imbéciles, de John Kennedy Toole,
Un roman brillant et fantasque qui m’a fait rire aux larmes. Le livre parfait à glisser dans sa valise ! En plus, l’histoire de ce livre est poignante: l’auteur a fait le tour des maisons d’édition pendant des années pour publier ce qu’il estimait être son chef d’oeuvre. De guerre lasse, il se donne la mort en 1969, à 31 ans, désespéré et épuisé. C’est sa maman qui continue à démarcher les éditeurs, et réussit à le faire publier finalement en 1980. Il reçoit le prix Pulitzer (posthume) en 1981. Le titre est inspiré d’une citation de Jonathan Swift mise en épigraphe : « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui. »

 

Une personne ?

Des personnes.
Mes ami.e.s.
J’ai la chance d’être entourée de gens extraordinaires. Je ne suis pas très « bande de potes », mais j’ai tiré le jackpot des ami.e.s ! Elles/ils ont tous en communs d’être des gens brillants, bienveillants, exigeants, super-actifs qui m’encouragent, m’inspirent et me boostent au quotidien. Elles/ils se reconnaîtront, mais mes amies les plus proches sont serial entrepreneures, créatrices de bijoux, écrivaines, meneuse de revue, artistes, restauratrice, architecte, et tant d’autres… C’est mon « pzazz » club à moi !

 

Une bonne adresse ?

Ma boutique favorite à Paris, c’est Deyrolle. En bas, les plus beaux ustensiles de jardin du Prince Jardinier. A l’étage, un cabinet de curiosités où j’aime flâner pendant des heures. Sinon, pour manger (j’adore la bonne chère!), une adresse de mon quartier, Pigalle: chez PUCE,1 rue Chaptal, Paris 9ème. Des petits plats savoureux façons tapas à partager entre amis. Et bien sûr, le LIZA (14 rue de la Banque, 75002 Paris), le meilleur libanais de Paris: tout est fait maison, frais, succulent, le cadre est superbe, et l’ambiance très chaleureuse, un mix magique entre Beyrouth et Paris, mes deux villes de coeur.

 

Des projets à venir ?

Beaucoup, c’est ma dynamo !
Je veux lancer mon podcast, ça fait 3 ans que j’en parle, mais j’essaie de faire une chose à la fois pour faire les choses bien. Donc c’est une exclusivité, mais il sortira à la rentrée: un podcast pétillant, culturel, et conversationnel, pour nourrir, inspirer, bousculer et rebooster.
A suivre donc via mon Instagram, @sassyfanny

 

Pour participer à cette invitation, venez vous inscrire directement ici pour tenter votre chance.

Balzac Paris

Commentaires

laissez nous un petit mot

LAISSER UN COMMENTAIRE :