Rencontre avec la Team : Maria Rosa

Encore un grand sourire de la Team Balzac Paris. Elle nous a rejoint il y a quelques mois et est la styliste de tous vos futurs accessoires : chaussures, foulards, bijoux, bientôt les sacs ! Un grand cœur et un savoir-faire sans pareils, rencontre avec notre italienne, Maria Rosa.

IMG_3543
Chemise Hugo, jean vintage, ballerines Simone marine

Si jeune tu as déjà plusieurs vies derrière toi, peux-tu nous parler de ton fabuleux parcours ?

Difficile de résumer ces choix en quelques lignes ! ; )
Enfant, je voulais devenir styliste, à peine j’ai pu tenir debout que j’étais dans les chaussures de ma mère, et puis mes premiers dessins étaient des robes. J’ai évolué dans une famille de couturiers et de tailleurs, et ma mère étant une passionnée de sacs à main, nous allions chaque année à Venise afin qu’elle trouve le sac qui l’accompagnerait pour l’année. Mon père a également un goût prononcé pour la mode, je les ai toujours vus tous les deux très chics, bien apprêtés, on m’a appris l’élégance à l’italienne, que j’affectionne tout particulièrement et qui est devenu un vrai code lors de mon processus de création.
Plus tard, j’ai voulu devenir psychologue pour enfant mais je me suis rendue compte que je ne pouvais pas couper avec mon travail, cela me touchait trop, je ne pouvais pas faire la part des choses à cette époque.
Dans la culture italienne, on aime prendre soin des gens. Après avoir voulu les aider dans leur bien-être moral, j’ai voulu les aider dans leur bien-être du corps, et j’ai suivi un cursus de bio – cosméticienne & aroma – thérapeute. J’ai travaillé deux ans puis suis revenue à mes premiers amours, je me suis lancée dans ce grand bain de la mode ! J’avais besoin de trouver une voix d’expression et de création.
C’est à Venise que j’ai suivi une spécialisation dans l’accessoire, maroquinerie et chaussure. J’ai fait ce choix pour la pérennité des produits, c’est un juste milieu pour exercer mon métier tout en « luttant » contre la consommation de masse dont souffre la mode. L’accessoire s’inscrit dans le quotidien comme un vrai partenaire, on peut encore le créer artisanalement, dans un circuit court, on est en contact avec l’humain qui est derrière le produit, j’aime cet échange, il m’est cher au quotidien.
Et pour finir, j’aime l’idée que les personnes qui les portent en soient comblées. Je suis pleine de gratitude pour ces moments. Je remercie les réseaux sociaux pour ça qui sont une source de communication et de transparence énorme. Ils me permettent de voir le positif et le négatif de mon travail.

Les produits que tu préfères créer ?
Entre sacs et chaussures mon cœur balance, je les aime d’amour tous les deux pour leur technique et leurs possibilités. Impossible de choisir !
Je découvre le bijou chez Balzac Paris, j’adore la délicatesse que cela demande.

Tes envies de créations pour les prochains mois ?
On avance bien dans la chaussure, je rêve de maroquinerie, on travaille à proposer l’iconique de la femme Balzac Paris.

IMG_4116
Tee Bisou, Foulard Yvonne, jean vintage

Selon quel processus de création travailles-tu ?
Dans un premier temps je suis attentive aux personnes qui sont dans mon entourage, leurs demandes, leurs envies, leurs mécontentements, à améliorer et à solutionner donc.
Après avoir discuté avec Chrysoline de ses envies et de ses inspirations, je me mets en processus de recherches, par le biais de différents canaux, dans plusieurs domaines qui ont un lien direct ou non avec la mode. J’y attribue un univers musical et plusieurs lectures pour l’ambiance générale. Je crée un moodbaord d’ambiance, du ton général de la collection, je recherche les coloris, les peaux et je dessine ensuite à la main toute sorte de choses, reviens plusieurs fois sur mes dessins et je passe ensuite à toute la partie technique qui donne vraiment vie au projet.

Tes produits cultes ?
Chez Balzac Paris : la chemise Ulysse, le t-shirt Bisou, la robe Sagan version tencel, la veste Jacques, le pull Serge, les babies Simone, les escarpins Amelia et Madeleine, les mocassins Jules, les baskets Honoré et notre Perfecto qui arrive d’ici peu !

Dans mes acquisitions : Un des fameux sacs vénitiens de ma maman, mon rouge à lèvre rouge vie de chez Chanel, mon parfum Blanche de chez Byredo, une paire de bottines saignée depuis 5 ans, 3 jupes plissées trouvées en fripe et une veste Ted Lapidus pied de poule trouvée en Friperie, pour homme, dont j’ai repris les épaules. Je l’adore, j’imagine à qui elle appartenait et ça me fait l’aimer encore plus.

Ce qui me fait rêver : La liste est si longue ! ; )

Tu ne te sépares jamais de ?
Mes livres, ma musique, les bijoux que tout mon entourage m’a offert et mes rouges à lèvres

IMG_3766
Chemise Ulysse bordeaux à rayures, jupe Jeanne

Tes tenues qui reviennent souvent ?
Une jupe légère et fluide, souvent plissée, un petit top en coton, une maille avec une paire de bottines masculin/féminin.
Un jean taille haute, une chemise ample dans des matières naturelles avec une paire de talon de 4-5 cm.

Tes adresses favorites à Paris ?
Il y en a tellement trop !
Le Chat Ivre est une sorte de deuxième maison ! Le bar à vin a été repris au moment de mon arrivée à Paris il y a deux ans et avec ma sœur on est devenues des habituées. Paul, le propriétaire, est adorable, les tapas y sont incroyables, produits de supra qualité, autour d’une belle cave à vins, dans une ambiance pleine de vie, on en ressort systématiquement heureux !
Chez Odette & Aimée, pour son rôle de petit bistro de quartier, j’y traine tout le monde !
J’adore passer chez Milan lunetier pour y voir la magnifique sélection de créateurs de lunettes.
Starvin Joe pour leurs hamburgers et leur frites divines qui me rappellent la Belgique.
Le canal Saint Martin pour son côté dynamique, pas guindé et féru de nouveautés alternatives.
Le quartier dans lequel nous avons fait les photos, celui de l’Odéon, j’adore m’y balader, acheter mes livres, on sent encore la culture littéraire et du cinéma, c’est transportant, on se retrouve début du 20ème en un moins de deux.
Le cinéma Luxor, pour ces salles théâtrales et leur sélection d’auteurs.
Le Pas de loup pour sa cuisine complètement étonnante et son Rioja.
La Libreria, librairie italienne de mon quartier.
Le marché du square d’Anvers qui est réconfortant et chaleureux.
Le marché des enfants rouges : sa librairie, son merveilleux italien dont les plats me rappellent ceux de ma grand-mère et sa boutique de vieilles photos que j’aime énormément.
Hero à la rue Saint Denis, un coréen relativement contemporain, avec une déco intérieure super et un poulet des Hero à tomber.
La famille des Mama, Ober, pour leur ambiance et les produits arrivés tout droit d’Italie, les serveurs sont italiens, on est transporté à Rome en deux deux, j’adore!
Popelini, petit choux farcis, vraiment délicieux.

Et basta cosi sinon on n’en finit plus ! ; )

Chez Balzac Paris tu aimes…
J’aime Balzac Paris pour sa vivacité, l’éthique véhiculée, l’univers autour de la littérature qui me touche particulièrement, la volonté de toujours mieux faire, le fait de chercher à faire avant tout des produits qualitatifs, en quantité raisonnable et avec des artisans avec qui nous sommes en contact tous les jours.
J’aime qu’il y ait une équipe totalement humanisée qui pilote le projet, le porte et le fasse grandir.
Le quotidien est un vrai bonheur, une chouette bande de nanas plus pétillantes et vivantes les unes que les autres, et Charles au milieu de tout ça qui supporte nos caquètements, des caractères bien affirmés, l’ambiance est dynamique, bienveillante, motivante.

IMG_3925
Blouse Blanche, jupe vintage, baskets Honoré

Tes futurs voyages ?
Je vais régulièrement à Venise, et mon prochain voyage est prévu pour décembre.
Je pense à aller voir Nantes aussi et je vais sûrement faire un tour à Barcelone en février.
Je voudrais explorer et farfouiller l’Europe, les pays qui sont tout proches de nous, on a tellement de chances que les frontières soient ouvertes. Le Portugal, l’Espagne, l’Italie, la Grèce, la Suède, la Finlande,… Il y a tellement de choses à voir !
Sinon pour les voyages un peu plus lointains, l’Argentine est au programme depuis un moment, la nouvelle Zélande et le Japon sont également sur ma liste.

Tes lectures de toujours, tes lectures du moment..
Si difficile de choisir !
Les 3 volets de Proust, A la recherche du temps perdu.
J’aime beaucoup les romans d’Irène Némirosky et ceux d’Alessandro Baricco.
Le journal d’un corps de Daniel Pennac pour la vie poétique de ce corps qui évolue dans ses bien-être et dans ses maux
La puissance de la joie, et L’âme du monde de Frédéric Lenoir pour le fait de rendre la philosophie abordable et la faisant faire partie intégrante du quotidien
La solitude des nombres premiers de Dario Giordano
Amours de Léonord de Récondo

Je viens de terminer Plonger de Christophe Ono-dit-biot que je recommande vivement pour ce parfait équilibre entre sensibilité, poésie et réalité.
Je suis pour l’instant dans l’Usage du monde de Nicolas Bouvier qui est un récit de voyages dans les années 50 dans l’Europe de l’est. Un récit contemplatif chargé de justesse, de paix et d’expériences, qui stimule largement mon envie de voyages et ma soif de la découverte.

Mon dieu, qu’est ce que ça chache les italiens !!

IMG_3997
Serge vert bouteille, jean Voltaire bleu, Amelia cognac

Mille mercis Maria ! Sachez qu’elle avait tant d’adresses à vous recommander (partout !) que nous ferons plusieurs articles sur les jolies villes où elle a déjà vécu ; )

Laisser un petit mot