Rencontre avec Deedee
Entre vous & nous

Rencontre avec Deedee

Nous, Deedee, c’est un peu notre dada. J’ai grâce à elle expliqué aux garçons (que sont Victorien et Charles) ce qu’était un bon blog plus communément appelé : blog influent. Deedee influente ? Je ne sais pas. Je pense que oui! Mais surtout charmante et amusante. Elle nous suit depuis le début, du papillon au col Claudine en passant par le sweat littéraire. Deedee a toujours eu le bon mot pour décrire notre joyeuse marque. Je me suis donc invitée chez elle pour lui poser quelques questions et prendre des clichés de son appartement accueillant et truffé de bonnes idées. J’ai souri en écoutant ses réponses à l’image de ce bout de femme : franche, fonceuse, curieuse et cultivée.

deedeelivresdeedeedetails deedeefauteuil deedeecheminee deedeefleurs deedeepolaroid deedeepiano deedeeguitaredeedeelampe deedeesalon deedeebougiesdeedeebijoux deedee

Deedee, nous sommes curieux, d’où vient ce joli surnom qui te colle à la peau ? De mes proches, qui m’appellent « Didi » depuis que je suis toute petite. Evidemment et comme souvent, l’anglais supplantait le français en terme de classe internationale, j’ai donc orthographié mon surnom avec deux « ee ». Enfin 4.

Lectrice du blog de Deedee, j’aime ta patte ! Comment le définirais-tu ce blog ? Merci ! Le blog, c’est un joyeux tohu-bohu, plutôt féminin, à tendance parisien. J’ai coutume de dire que c’est un melting pot parisien et  féminin, donc, grâce auquel je partage ma vision de Paris, mes adresses, mes coups de cœur en matière de mode, de beauté, d’expos, de restos… et parfois même mes coups de gueule.

« Deedee? » « Oui, c’est moi! »… Dis nous tout, on te reconnaît dans la rue ? Oui. C’est très gênant, surtout quand la personne pleure (c’est arrivé une seule fois, fort heureusement). Ça n’est pourtant pas faute de me cacher ! En vrai, la plupart sont adorables et plutôt bienveillantes.

« Un blog féminin et parisien ». Mais aussi celui d’une mordue de mode! Alors, accro du shopping? Ahah, toi qui a partagé mon quotidien pendant quelques mois, TU SAIS.  J’aime la mode, oui, le jeu qu’elle induit. Suivre une tendance ne m’intéresse pas. En revanche, j’aime m’amuser, composer des tenues différentes, mettre en avant tel ou tel aspect de ma personnalité, me sentir fêêêmme ou au contraire sortir la carte du très casual pour les journées sans. Evidemment, tout cela s’accompagne par une CB souvent en surchauffe !

La pièce indispensable de ton dressing ? Une marinière. Saint James, what else ! Je l’ai boudée pendant quelques mois, elle était trop vue partout. Abandonnée dans un coin sombre, je la ressors depuis quelques semaines grâce à une collègue de bureau qui la porte si bien qu’elle m’a donné envie de m’y frotter à nouveau ! (à la marinière hein, pas à la collègue).

Le graal en mode ? Terriblement convenu, mais je dirai un 2.55, bleu marine, jumbo. (je vous laisse mon adresse si vous voulez ?!^^)

Tu as vu en exclusivité les pièces de notre collection d’avril. Un petit mot à dire à ce sujet ? WOW. Je ne sais pas si j’ai le droit de prononcer le nom des pièces. Je dirais donc simplement qu’il y a du craquage dans l’air tant ces pièces sont simples et à la fois élaborées, indispensables et ultra désirables… Hâte !

Je crois savoir que tu aimes lire et que tu es de bons conseils. Que dois-je lire ? Alors déjà, on ne doit pas lire : ça doit rester un plaisir avant tout (comment ça, je suis chiante ?!). Je ne sais pas quels sont tes genres ni tes styles de prédilection. Pour ma part, quelque part dans mon best of, on trouve L’Ecume des Jours de Boris Vian (je n’ai pas été cap de voir le film tellement j’aime ce roman, j’avais trop peur d’être déçue), Dans les Forêts de Sibérie de Sylvain Tesson, génial si tu veux t’évader et rester aux prises avec, disons, la réalité, la Femme Fardée de Françoise Sagan, un bijou d’écriture et d’intrigue… Belle découverte aussi récente, le Bomeur, de Nathanaël Rouas : drôle et assez touchant.

J’adore manger, dis moi ce que je ne dois pas manquer ? Je crois que je radote, mais tant pis : mon coup de coeur en matière de resto va au Paradis, 14 rue de Paradis. Je suis tombée amoureuse des lieux, autant pour l’assiette (le chef, Nicolas Gauduin, a fait ses armes chez Passard, avant d’officier dans une autre de mes cantines favorites, Racine 2) que pour le restaurant à la déco ultra léchée sans être ni ostentatoire, ni intimidante, ni consensuelle. »

Que t’évoque cette phrase d’Honoré de Balzac : Il faut toujours bien faire ce qu’on fait, même une folie Qu’il a bien raison ! Je dirais même qu’il faut toujours bien faire ce qu’on fait, « SURTOUT » si c’est une folie.

Sur une échelle de 1 à 10 à quel point es-tu geek ? Mmmmm 7 ? Je suis accro à Internet, mais ça n’est pas vraiment être geek (si ?). Je suis vite désemparée devant un nouvel objet technologique, par exemple. Et je suis assez pathétiquement nulle en jeux vidéos (en général, je me déplace avec la manette… La honte).

Qu’est-ce qui te rend heureuse ? D’avoir repris le piano, d’improviser des apéros ou diners avec mes amis, d’être dans ses bras, de « tomber » par hasard dans un bon bouquin, d’arriver, sur un malentendu, à dormir plus de 7h par nuit,  de sentir le printemps arriver, d’enfouir ma tête dans le cou de mon chat et de le sentir ronronner….

Cette petite chose simple de la vie quotidienne dont tu ne peux te passer ? Mon scooter ! Il m’a redonné foi en Paris.

Ton leitmotiv ? Qui ne tente rien n’a rien! (ça énerve mon mâââri qui rétorque systématiquement « Et qui a peur est un peureux »…)

***

Merci Deedee ♡ d’avoir répondu à nos questions, 

Chrysoline

Balzac Paris

Commentaires

deedee 1.4.2014

Merci à toi/vous ! <3

laissez nous un petit mot

LAISSER UN COMMENTAIRE :